Réception donnée pour les amis et mécènes du régiment, le 10 juin 2021, dans les salons et le cloître du Val de Grâce à Paris.

Tous les ans, les cadres et légionnaires du 1er REC commémorent le décès de la comtesse Ladislas du Luart, marraine éternelle de leur régiment. Le cocktail Marraine 2021 mettra à l'honneur les mécènes du centenaire pour les remercier de leur engagement envers nos blessés dans le magnifique cadre du Val de Grâce à Paris.

Le cocktail sera préparé par le traiteur Cocktail & Communication, gratuit pour les mécènes du Centenaire, et proposé au prix de 25€ (boissons incluses) pour les autres participants.

Sur invitation uniquement.

A l'image de Marraine, qui de 1942 à 1985, donna sans compter aux légionnaires pour améliorer leur cadre de vie et leur apporter du réconfort, ce cocktail du centenaire témoignera de la reconnaissance dont nous faisons preuve envers ceux qui ont été blessé sous le fanion vert et rouge.

Biographie de la comtesse Ladislas du Luart (1898 - 1985)

Issue d’une des plus anciennes familles aristocrates Tcherkesses (Caucase), fille d’un officier ayant commandé la Division sauvage, Gali Hagondokoff naît à Saint-Pétersbourg en 1898. Pendant la 1ère Guerre mondiale, elle y est infirmière à l’hôpital militaire. Elle fuit la Russie au moment de la révolution bolchévique de 1917, s’installe en Chine puis à Paris où elle devient mannequin pour Channel. Convertie au catholicisme, elle épouse en 1934 le comte Ladislas du Luart et prend le prénom de Leïla.

Marquée par la révolution russe, elle conçoit et dirige une antenne chirurgicale mobile afin de porter assistance aux blessés au plus près du front. Elle participe à la bataille de France en 1940 puis à la campagne de Tunisie en 1943. En novembre 1943 dans la forêt de la Mamora près de Rabat (Maroc), elle accepte de devenir la Marraine du 1er Régiment étranger de cavalerie. Réputée pour sa rigueur et sa tenue, son Antenne chirurgicale est ensuite engagée dans la campagne d’Italie puis la campagne de Libération avec la 1ère Armée Française. Par son action généreuse, elle sauve au plus près des lignes de nombreux blessés et est nommée brigadier-chef d’honneur le 25 décembre 1944.

Elle perd son fils unique en 1954, enterré dans un mausolée du cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois. Soucieuse d’offrir aux permissionnaires et aux convalescents de la guerre d’Algérie un lieu de repos et de détente, elle fonde le « Chenoua » à Alger en 1956.

Après l’installation du 1er REC à Orange en 1967, elle ne cesse de témoigner une présence affectueuse au Royal étranger, participant aux grands événements (Noël, Camerone, passations de commandement) et donnant chaque 29 avril, veille de Camerone., un cocktail pour les officiers et sous-officiers supérieurs. Elle décède à Paris le 21 janvier 1985. Lors de la cérémonie d’adieux qui a lieu en l’église Saint-Louis des Invalides, le Général de Galbert s’adresse une dernière fois à elle en ces termes : « Madame, vous êtes la fille généreuse et ardente des Seigneurs du Caucase, le secours des blessés de tous nos combats et la grande dame de la Légion étrangère ».

Etrangère au service de la France, Commandeur de la Légion d’honneur et titulaire de 6 citations, elle demeure un exemple de générosité et de dévouement pour son régiment, en particulier les brigadiers-chefs, ses filleuls. A sa mémoire, une colonne brisée est érigée en 1989 au Quartier Labouche à Orange, puis déménagée à Carpiagne en 2014. Le 21 janvier, le 1er REC commémore sa Marraine, sur sa tombe au cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, ou au quartier.